Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 09:21

 

Ami lecteur …
Bonjour ou bonsoir et surtout, bon appétit.
Cet essai est assez long. J’ai été tenté de le découper et de te le servir en tranches. J’ai préféré finalement le publier en entier pour en préserver la cohérence… libre à toi de le lire par morceaux, en diagonale ou pas du tout, si jamais tu n’as pas l’appétit qu’il faut…
Quand on voit certains de nos ministres ou d’autres décideurs qui se disent experts en économie, en finances, ou encore en sciences politiques et sociales, et qui agissent, la plupart du temps, voire tous les jours, comme s’ils voulaient inféoder à l’ETRANGER, leur pays, leur peuple, leur terre, leurs sous-sols et leurs infrastructures générales, y compris sportives et/ou de télécommunications, et pire encore s’évertuer en toute conscience, d’aiguiller les choix politiques et les accointances diplomatiques selon des desiderata extérieurs, on a envie de les déclarer traîtres à la nation agissant contre les intérêts supérieurs de leur pays…
Ce faisant, on aurait à la fois tort et raison… je propose ci-après quelques éléments d’explication, pour tenter de mieux éclairer cette question-dilemme, de savoir dans quelle mesure ils sont coupables ou victimes ; ou encore tous les deux à la fois, victimes et coupables, thèse que je serais plutôt tenté de privilégier, quant à moi...
L’idéologie du #
néolibéralisme
 accentue la transformation du monde entier, en produits de consommation et en divers commerces matériels et dit-virtuels (ou numériques) qui n’en sont pas moins réels, car produisant quantité de profits.
Cette transformation avait été déjà bien engagée par son petit frère, le #
libéralisme classique pour qui, tout était déjà négociable, à vendre et à acheter, y compris les pays, leur terre, leurs sous-sols... et leurs décideurs…
Mais la différence essentielle entre le libéralisme classique et son frère puis-né (néo), qui est autrement plus individualiste et plus agressif envers la #société dont Thatcher (que je cite de mémoire, disait (de cette société) ‘’qu’elle n’existe pas et qu’il n’y a que des individus responsables de leur situation et de leur devenir’’ (comprendre de leur pauvreté et misères multiples)… c’est que l’aîné, le libéralisme classique se satisfaisait d’un compromis entre la marchandisation du monde et le rôle de l’Etat dans sa composante d’Etat-providentiel ; alors que le néolibéralisme a pour but essentiel, d’effacer ce rôle (à connotation sociale quelque peu réparatrice des #inégalités dont Thatcher, la femme de fer, rejette la responsabilité) ;
Mieux encore, le néolibéralisme se donne pour objectif d’#effacer(symboliquement au moins ; et physiquement ‘’au mieux’’), cet Etat-National-Social, en le synthétisant en une nouvelle entité fantomatique facilitatrice de sa propre disparition ‘’librement consentie’’, et ce, à travers la suppression progressive légale de toute frontière devant la libre circulation du capital privé, et à travers l’accentuation/accélération de la ‘’privatisation’’ de tout le système public, via ce que, l’on #veut bien appeler, pour le moment et fallacieusement, #équilibrage, voire #coopération du public et du privé, afin de mieux faire passer la pilule de la #démission_stratégique (forcée, mais, en douce et de façon insidieuse) de l’Etat par la #privatisation_tactique_progressive, jusqu’ à annulation de #chacun de ses secteurs :
*Enseignement (public) relayé par la crèche, l’école et l’université (privées), ce qui fait l’affaire des islamistes autant que celles des dits-progressistes. 
*Santé (publique) où les cliniques privatisées, les maisons de retraites et les assurances, viennent suppléer/remplacer les hôpitaux, les hospices de vieillards et la sécurité sociale (CNAM et autres) d’essence publique et solidaire…
* Jusqu’à aboutir, pourquoi pas, à ce sacrilège rationnellement banalisé, de remplacement de tout ou partie, de la Défense et de la Police nationales par des milices privées, de type BlackWater qui commence à proliférer dans le monde occidental dit-civilisé, en fait de moins en moins patriotique et solidaire, de plus en plus indifférent, individualiste, déshumanisé.
*Jusqu’à aboutir, à fortiori, (qui peut le plus, peut le moins) à confier à un organisme étranger le plan quinquennal de développement d’un secteur donné, en faisant d’autant plus facilement abstraction des cadres autochtones censés réfléchir et décider de ces questions nationales, que la Banque Mondiale et le FMI, s’occupent déjà depuis belle lurette de nous suggérer/imposer #tous nos choix stratégiques ; et que cette pression énorme qui s’exerce sur nos choix stratégiques peut/va aboutir à la faillite de l’Etat, plus vite qu’on ne le croit… et à notre recolonisation économique totale et définitive…puisque, en définitive, le but du néolibéralisme est justement la prise de possession totale de la planète entière, essentiellement par le contrôle intégral du CAPITAL
Dans cette œuvre ‘’civilisatrice’’, du néolibéralisme qui prend, progressivement mais irrémédiablement, possession de chaque #compartiment de notre vie sociale nationale, la #Finance_Internationale, est une arme de choix pour diffuser l’idéologie néolibérale et inhiber toute velléité de résistance au ‘’progrès’’ (sic) qu’elle apporte à la planète, en l’imposant d’une main de fer,… pas toujours gantée de velours…
Cette arme est utilisée avec une efficacité terrifiante dans tous les pays de toute obédience idéologique, qu’ils soient catalogués, monothéistes, polythéistes, païens ou athées, les convertissant tous à la nouvelle religion unique/unifiée du #profit_individuel ; et les amenant plus ou moins insidieusement à se rallier à son seul, dieu-et-prophète, (deux en un), j’ai cité le néolibéralisme dans toute sa splendide horreur...
La finance internationale est la #maison_mère de tous les économistes, financiers et autres banquiers à travers la planète, y compris les fidèles nouveaux adeptes de son dernier avatar dénommé, ‘’finance_islamiste’’…
Dans chaque pays La Banque Centrale Nationale devient ainsi #de_fait, l’une des filiales de cette finance internationale (#maison_mère) et ne fait qu'appliquer la politique financière visant au propre essor de cette finance internationale ; et par-delà celui de ses puissants gourous, nous y reviendrons...
La Banque Centrale Nationale de chaque pays, surtout dans les pays du tiers-monde, est ainsi souvent contrôlée directement à travers un cadre, petit-gourou de la maison mère (qui a en général son propre bureau au sein de la dite-banque centrale) et surveille de près, voire téléguide, l’exécution de la politique tracée.
Chaque Banque Centrale a pour objectif assigné (par la maison mère) de contrôler à son tour la politique financière du pays, de façon à ce que le gouvernement autochtone soit tenu, (en le sachant ou à son insu, peu importe), de préserver l'essor de cette maison mère, et peu importe si cela se fait aux dépens du peuple autochtone, comme c’est trop souvent le cas...
A leur niveau, Les banques locales dans chaque pays sont bien évidemment tenues d'appliquer la politique financière de leur Banque Centrale (politique dictée et contrôlée par la maison mère), maison mère, qui en retour, les protègera et #obligera, chaque fois que nécessaire, le gouvernement local à #renflouer (recapitaliser) ces banques, c’est-à-dire chaque fois que celles-ci rencontrent des difficultés financières, pour diverses raisons, y compris par les malversations, les pots de vin, et la mauvaise gestion...
La finance internationale oblige les gouvernements à s’exécuter à sauver les banques et à exécuter la politique imposée, (en augmentant le désarroi économique de leurs peuples), au moyen de chantages financiers, tels que octroi/refus de prêts, octroi ou non de dons, mais aussi par ‘’classements’’, plus ou moins favorables de leurs économies et des risques d’investissements qu’elles sont censées représenter pour les capitaux, notamment étrangers...classements qu’elle se charge de faire concocter par l’une ou l’autre de ses propres agences de cotation, voire par plusieurs à la fois…
Le néolibéralisme se décline ainsi en organisation hiérarchisée et structurée en #SECTE_TRANSNATIONLE, au sommet de l’édifice de laquelle se trouve une poignée de gourous usant de leur arme privilégiée et redoutable ; cette #finance_internationale à laquelle ils ont donné la forme d’une grosse turbine et qui fonctionne grâce à une infinité de dynamos (organisées en cascade) que sont ‘’leurs’’ organismes financiers internationaux, les banques nationales et les banques régionales et locales de divers pays ; turbine qui lui procure le carburant et/ou l’énergie nécessaires à la génération du….#profit_exponentiel
Pour mieux faire saisir le fonctionnement de cette structure complexe générée par le néolibéralisme afin d’exploiter les ressources de la planète à son seul #profit, (en fait celui de ses gourous), comparons ce groupe réduit de gourous, à une poignée d’apiculteurs réunis à la tête d’une immense coopérative mondiale exploitant des centaines de milliers de colonies d’abeilles réparties elles-mêmes en des dizaines de millions de ruches et produisant ici, non pas du miel, mais du #profit, sous forme de plus-value exponentielle de l’exploitation de tout ce qui est exploitable, sous quelque forme que ce soit sur cette planète, en faisant fi des frontières et des profondeurs de la terre, à l’image des abeilles qui font fi, des barrières clôturant les champs et des profondeurs de la forêt où elles butinent frénétiquement et ‘’librement’’…
Rappelons maintenant que dans toute ruche, ‘’la reine est la SEULE femelle fertile, servie par tous, ***elle sécrète des substances odorantes (phéromones) qui assurent la cohésion et la discipline de la colonie ; elle est la mère de tous les membres dans la colonie et influence donc directement les performances de cette dernière*** (retenez bien ce qui est ici encadré par étoiles)…
Revenons maintenant à la finance internationale structurée à l’image de ruches plurielles supranationales et qui, quelles que soient leurs implantations (Chine, USA, Russie, Japon, Suisse, France et Autres…) font fi des frontières et obéissent à la seule loi du profit, c’est-à-dire le profit de leur(s) gourou(s)***à l’image de celui de la seule reine de chacune des ruches…
Je précise par parenthèse, qu’en qualifiant cette ‘’organisation 
transnationale’’, de SECTE, je ne fais qu’expliciter en la prolongeant, la philosophie ou mieux encore l’idéologie dominante en cours, au sein de la FINANCE ; telle que véhiculée par son propre jargon interne …
En effet, quelle que soit sa nationalité ou sa personne (civile/individu ou morale/société/groupe), le propriétaire-individu, est quasi-systématiquement appelé ‘’le gourou’’ par le ‘’milieu financier’’ auquel il appartient ; qui lui appartient, étant ici plus conforme à la réalité des choses…
Et lorsqu’il s’agit d’une société ou d’un groupe de sociétés, c’est au Président du Conseil d’Administration que ce rôle de gourou (ou de reine-mère de la ruche) est dévolu … et il est alors (habilité à) et tenu de diffuser les fameuses substances odorantes (phéromones) qui assurent, la cohésion, la discipline et la distribution des tâches de chaque échelon de la sous-secte, ici supranationale.
Dans la ruche d’abeilles, les phéromones sont chimiques ; dans la ruche-finance, ce sont les primes de rendement de plus en plus motivantes tant qu’il y a produit conséquent… ou alors le licenciement-éjection de la ruche quand la productivité et la reproductivité sont jugées insuffisantes …
Vous me direz, ok, dans la ruche les ouvrières mortes d’épuisement cèdent leurs places à d’autres jeunes abeilles pour lesquelles elles avaient aménagé des alvéoles dans lesquelles elles les ont élevées et à l’intérieur desquelles elles ont été programmées via les phéromones de leur reine-gourou… mais dans l’Organisation Financière ?
Dans la FINANCE cela ne se passe pas très différemment :
Gardons à l’esprit que la religion de cette secte #tansnationale et de ses sous-sectes supranationales est le #profit ; et que le gourou de chaque secte ne prend en compte le bien-être social des propres membres de son exécutif, interchangeables et corvéables à merci, qu’à la condition sine-qua-non où ces membres récoltent le plus de profits maximisés et qu’ils soient, pour revenir à l’image de la ruche, le plus butineurs, récoltant encore et toujours le profit, toujours maximalisé, pour le gourou de cette secte …
Rappelons enfin que ce gourou particulier, local ou régional, a lui aussi un pouvoir éphémère, à l’image de la reine-mère dans la ruche; celle-ci, bien que sa vie et sa valeur soient supérieures à celles des faux-bourdons, qui dès qu’ils n’assument plus leurs fonctions de reproducteurs sont tués par les ouvrières, ouvrières elles-mêmes, remplacées, à la fin de leur courte vie, par d’autres jeunes ouvrières qu’elles avaient couvées dans des alvéoles, élaborées et façonnées sous l’influence chimique de la reine-mère de la ruche, à travers ses fameux phéromones qui téléguident littéralement leur comportement.
Pour le néolibéralisme qui n’est pas seulement supra, mais surtout transnational, dans la mesure où il entend supprimer de fait toute frontière, tout obstacle, devant la libre circulation de #son capital et des profits diversifiés et à valeurs exponentielles (c.à.d. ,toujours et tous les jours démultipliées) qu’il doit générer ; toutes ces ruches financières, toutes leurs reines mères et tous leurs gourous particuliers intermédiaires, ne valent que par les profits qu’ils butinent et amassent fidèlement,(dans le sens de religieusement), pour le seul compte du néolibéralisme, c’est à dire pour ses peu nombreux gourous planétaires.
Ainsi, à leur tour, les organisations financières et économiques, qu’elles soient internationales, régionales ou nationales et encore moins leurs gourous particuliers, grands ou petits, ne valent que par leur fidélité absolue et inconditionnelle au néolibéralisme ce nouveau dieu planétaire et à son avatar (dans le sens d’alter-ego, l’autre et en même temps le même) le profit propre de chacun des rares gourous planétaires qui diffusent leurs phéromones à travers les universités des ‘’sciences et techniques économiques et financières ou encore de sciences politiques et sociales (sic)’’, ces alvéoles de ruches particulières auxquelles est assignée la mission exclusive de formatage des cerveaux de leurs étudiants, des plus minables aux plus brillants, de façon à ce que tous, des plus opportunistes aux plus altruistes, croient dur comme fer servir les intérêts de leurs pays, en défendant passionnément les préceptes de leur religion et s’évertuent #fidèlement d’exécuter littéralement ses techniques, #quasi-prières-religieuses, comme elles ont été enseignées dans les alvéoles-universitaires fréquentées… et ce , sans avoir à aucun moment le sentiment, qu’en fait en s’enrichissant au passage eux-mêmes, peu ou prou, ils ne font que piller les richesses de leurs pays et de leurs peuples, au seul profit de leur idéologie, extrémiste s’il en est… ce profit des gourous suprêmes du néolibéralisme… au biberon de la religion duquel ces ‘’cadres nationaux’’ ont été systématiquement abreuvés, jusqu’au gavage !!!
Gardons à l’esprit l’image de l’#abeille, faux-bourdon ou ouvrière, programmé(e) par les phéromones de sa reine mère…
Gardons de même à l’esprit l’image du #membre de la secte religieuse ou scientiste, qui n’a nulle conscience du formatage de son cerveau par son #gourou ; et qui peut aller, en toute bonne conscience (sic) jusqu’à se suicider, ou à participer ‘’librement’’ à un suicide collectif, à l’exemple du suicide collectif du "Temple du Peuple" au Guyana en 1978 et de celui de la " Porte du Paradis" Heaven's Gate à Santa Fe en 1997 ; ou encore aller jusqu’à massacrer un membre de sa propre famille, ou plusieurs citoyens innocents…
A l’image de ces comportements suicidaires criminels, les #experts économistes et les divers #planificateurs_politiques, formatés dans l’une ou l’autre de ces Universités-alvéoles, sont toujours sincèrement persuadés d’être fidèles et sincères envers leur propre pays, sans jamais avoir vraiment conscience, de l’avoir été en fait surtout envers le nouveau #dieu_et_prophète, ce fameux ‘’deux en un’’ proposé plus haut, le sinistre #néolibéralisme et sa nouvelle religion suprême, magnifiquement structurée par ses gourous, scientifiquement enseignée par leurs cadres experts et fidèlement pratiquée par tous les apprentis experts de chaque pays de la planète, pour le #profit_exponentiel de ces gourous suprêmes…
Ce que je viens de rappeler ici est largement connu discuté et décrié ; diverses expertises le confirment et d’autres contre-expertises le réfutent totalement ou partiellement, mais je pense qu’il n’est pas nécessaire d’être expert en la matière pour se faire sa propre idée en étant bien obligé de constater, en le vivant plus ou moins douloureusement, que ce qui est décrit, s’il n’est pas la vérité vraie, il ne s’en éloigne pas de beaucoup…
Pour amorcer la fin de cet avis de non-expert économique, (mais sachant néanmoins, ce que sociologie de la connaissance et des idéologies veut dire), j’appelle tout un chacun qui en aura la possibilité, aujourd’hui, demain ou avant de mourir, (pour ne pas mourir idiot), à tapoter ‘‘Protocole des Sages de Sion’’ sur Google …
Pour aller vite, pour ceux qui n’ont pas le temps, disons que ce fameux protocole décrit minutieusement, via des procès-verbaux de réunions, la démarche à suivre pour la prise de possession de la planète par la colonisation économique de tous les pays au moyen de la diffusion (imagée) de ‘’phéromones scientifiques’’, hypnotisant leurs décideurs et téléguidant leurs comportements…
Les intellectuels de la planète sont partagés à son sujet.
Des milliers soutiennent que les procès-verbaux qui sont consignés dans ce protocole sont authentiques et l’ont été pour circuler en sous-main, et parvenir aux frères de ces Sages de Sion et à leurs descendants, afin de leur indiquer la marche à suivre et les moyens à utiliser pour devenir et demeurer les seuls maîtres du monde…
Des milliers d’autres crient en chœur et avec véhémence au scandale et au faux, usant pour le démontrer de syllogismes sarcastiques parsemés d’affirmations creuses et parfois névrotiques, en faisant de l’esprit au sujet du ‘’fameux complot mondial sioniste’’ ou sioniste mondial, peu me chaut…
Mais malheureusement, des milliards d’individus vivent à leur corps défendant, la réalité de cet hypnotisme de leurs décideurs et cette prise de possession, bien réelle, de leur terre et de leur vie par une volonté étrangère, sans avoir jamais entendu parler de ce ‘’pacte diabolique’’ de Sion….
Alors, en définitive, nous nous fichons bien de savoir si ce Pacte, est celui du Diable ou du Démon, s’il est authentique ou si c’est un faux, jailli du cerveau d’un génie antisioniste russe… surtout quand on s’aperçoit que toutes les étapes et tous les moyens qui y sont décrits, sont en train de se dérouler comme un mécanisme minutieux d’une montre suisse de qualité ; et de nous déposséder de notre pays et de nos rêves, en façonnant notre vie d’une drôle de manière (!) ; et d’en faire au final autant de cauchemars, personnalisés,…privatisés…,individualisés que de zombies individualistes… que nous sommes devenus...
Les zombies que nous sommes devenus, sommes déjà noyés dans les méandres de la ‘’novlangue’’, ce langage dénoncé par Georges Orwell dans son roman 1984 censé être de politique-fiction, mais aujour d’hui complètement intégré voire dépassé, tant nous avons été dressés pour accepter que ‘’La guerre, c’est la paix’’, (que nous vivons au quotidien) ‘’La liberté, c’est l’esclavage’’ (dont nous ‘’bénéficions’’ de plus en plus) et que ‘’L’ignorance, c’est la force’’ ;… (en fait, elle fait bien souvent la seule force, voyez nos milices, indifféremment islamiques ou laïques)…..
Les zombies que nous sommes devenus, sommes appelés maintenant à accepter, voire à célébrer l’arrivée sur ‘’#notre# marché mondial’’, (ne sommes-nous pas devenus depuis belle lurette et de fait, ‘’un village mondial’), une autre novlangue, encore plus alambiquée que celle d’Orwell celle du néolibéralisme, cette idéologie libératrice des peuples(!) qui dénomme #égalité(des chances), les pires inégalités(réelles) et appelle #marché_concurrentiel, ce qui est de fait le monopole du Capital, monopole institué bon gré mal gré et qui transforme ‘’légalement’’ la propriété publique (celle de tout le peuple) en propriété à peine déguisée du Capital, en propriété privée de cette Ombre Noire dorénavant habilitée à acquérir, (sans état d’âme notoire du peule anesthésié), une infrastructure nationale, aujourd’hui sportive ou hospitalière, demain matin culturelle, (le musée du Barbo ou les Ports Puniques de Carthage-Salammbô ; et demain soir,(sous le couvert de la nuit noire), des infrastructures économiques et/ou douanières telles que le port de Rades, le Sahara ou le Cap-bon, pour le compte…de l’un ou de l’autre des descendants… d’un Sage…, de qui tu sais dorénavant ?
Quand tu sais (ou même si tu ne sais pas, c’est le même prix pour tous) que le congrès américain, c’est-à-dire le pouvoir législatif de la planète terre, est aux mains d’une horde de sénateurs sionistes #CHRETIENS, encore plus sionistes que #Nétan_démon_Yahu qui personnifie la quintessence même de Sion, et que ces sénateurs sont financés très grassement par LE Capital… et gavés, jusqu’à nausée, aux phéromones politiques des lobbies de Sion, sommes-nous à ton avis, dans un Vrai-Cauchemar… ou s’agit-il d’un Cauchemar-Vrai ?
À toi d’en juger …à toi de constater...et de subir, autant que possible ‘’librement’’.
Taoufik Haouet, La Marsa, Tunisie, novembre 2015.
 

Bas du formulaire

 

Partager cet article
Repost0

commentaires