Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 16:13

#Chakkar_Rouhou (auto-laudateur pour les non arabophones)... ou essai de "passe de mots", une espèce de passe d'armes, sans autre arme que les mots.

De temps à autre, j'aime bien parler de moi, ce "moi" si haïssable pour certains, si peu pour moi, bien que parfois de rares fois, ce soit le cas.
Je ne m'en excuserai pas, si cela vous ennuie, passez votre chemin...

Quant à vous, "vous mes amis, vous savez bien que l'on n'y peut rien"...et puis vous savez bien aussi, qu'en parlant de soi, on parle souvent des autres et que c'est aussi bien...
Depuis toujours j'ai adoré les livres mais, comme vous savez, de plus en plus rares, sont ceux qui, comme vous et moi, lisions tout ce qui nous tombait sous la main...le niveau, si bon d'antan, est en train de péricliter...

A l'école primaire, mes instits de français étaient aux anges, certains n'en croyaient pas leurs yeux et m'obligeaient à réécrire sous leur contrôle visuel direct et vigilant, avant de m'accorder mon 10/10 en orthographe ou mon 8 ou 9 en rédaction...
Je crois vous avoir déjà dit aussi, qu'au secondaire (mes camarades de #Khaznadar pourraient en témoigner), de temps en temps, mes dissertations se baladaient de classe en classe; et même en celles de Carnot, afin que mes condisciples, aussi bien Tunisiens que Français, puissent en prendre connaissance et éventuellement les apprécier, voire les jalouser.

Durant mes études à l'Ecole Normale Supérieure comme à l'Institut Supérieur d'Education Physique et Sportive de Paris ou encore à Paris7 Jussieu, il était fréquent qu'on déforme mon nom, m'appelant monsieur #Haquet, m'obligeant à les détromper et à leur faire ravaler leur Q, confirmant moult fois et avec persévérance, que je n'étais pas Français, comme on s'entêtait à le croire à répétition et puis, à bêtement, s'en "étonner", avant de me confirmer mon A ou équivalent; ce qui ne m'en vexait pas moins pour autant, cela m'enrageait autant que cela les "dérangeait"... de ne pas me voir baragouiner...
Pourtant, pourtant je fus même, avec un ou deux autres doctorants, dispensé de passer les épreuves du DEA en Sociologie de la Connaissance, (comme on vous fait sauter des classes du primaire), pour me promouvoir, en Assistant de deux éminents professeurs durant leurs séminaires, Profs qui n'hésitèrent guère à se délester sur moi, de la lecture /correction des thèses de leurs impétrants, avant même que je puisse, deux années plus tard, soutenir ma propre thèse de doctorat...

Et depuis, j'ai passé des décennies à relire et à corriger des centaines de mémoires et de thèses, ce qui m' a complètement "#Pavlové"...et professionnellement déformé.
Ne soyez donc pas étonnés mes amis, que de temps à autre, je me mêle de ce qui me regarde à peine, et que je m'entête à vouloir parfaire un peu, ce qui facilement pourrait approcher linguistiquement la perfection, moyennant quelques légères retouches et de toutes petites corrections...

Ce faisant, j'évite soigneusement de me mêler, du moins directement, des affaires de ceux nombreux qui, allègrement massacrent la langue de Voltaire sans souci, ni sans façon celle de Molière, avec la légère insouciance de ceux qui croient toujours avoir raison...et qui s'octroient le droit de baragouiner librement...
Ceux-là, je les évite, autant que faire se peut, comme on essaie de se protéger de la peste...

Je n'interpelle que les grosses pointures, dont mon nez pressent que, sans gêne aucune et sans essayer de jouer aux vierges effarouchées, elles accepteraient d'être interpellées pour leurs erreurs, leur absence mentale passagère ou leurs oublis; et qu'elles les reprendraient, sans dénégation, ni offuscation, réelle ou feinte, de leur brillance réelle, généralement incontestable, mais parfois pourtant, et à juste titre, par moi contestée.......brrrrrr, vous avez froid, un vent glacial vient de s'engouffrer, fermons vite la fenêtre.

Après cet exercice d'autosatisfaction qui frise le pathos, et pour me faire pardonner et vous rassurer tout à la fois sans avoir à m'excuser, je vous ferai cette confidence... 
Ce vieux #Chakkar_Rouhhou frileux qui vient de fermer la fenêtre et que vous voyez-là, en train de se pavaner devant son miroir sans tain, (eh ben) il est parfois lui-même interpellé par un membre de sa famille et/ou par l'une ou par ou l'un de ses ami(e)s, pour des trébuchements orthographiques et autres mauvaises chutes grammaticales, voire pour de mignons petits néologismes lexicaux, parfois des plus objectivables.

Cela lui fait curieusement beaucoup de bien, il ne se sent ni diminué, ni atteint dans la complétude de son ego, cela lui fait davantage plaisir et soulas que contrition ou chagrin...cela le rassure quant à la qualité de son entourage qui n'a même pas la cruelle complaisance de lui faire entendre ou même soupçonner, qu'avec l'âge, sa mémoire des mots, comme celle de l'eau quand elle se dénature, est en train de s'effilocher...
Cela le pousse à lire et à relire ce qu'il produit, avant de le publier, mais aussi après l'avoir fait, car on peut toujours se rattraper....;

Et en grand #chakkar_rouhou, que la modestie est loin d'étouffer...c'est ce que, toujours, #moi, je fais.

A bon entendeur salut...même si cette "passe de mots" a été longue, je le sais...et beaucoup encenseuse et encensée...je m'en excuserai, mais seulement si vous insistez...allo, allo?... #mdr_lol... la ligne est coupée 

Partager cet article
Repost0

commentaires