Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2018 5 19 /01 /janvier /2018 17:27

Nous sommes dimanche 14 janvier 2017, mais nous sommes surtout un #dimanche…, si une dizaine d’entre vous lit ce papier où je vous parle de ‘‘papier’’ qui ne vaut que par l’illusion de son or, ce sera du gagné….ceux qui n’ont pas de temps à gagner, qu’ils continuent à perdre leur temps à lire des fadaises révolues, à défaut d’être révolutionnaires.

 

La FINANCE, cette arme lourde et mortelle de la ‘‘nouvelle’’  religion mondiale.

Nos financiers banquiers  et autres argentiers experts (comme ceux du monde entier) appartiennent à une secte internationale, dans laquelle ils sont introduits, au début à leur insu, le jour même où ils s’orientent vers des études économiques et financières,

Ils sont maintenus au sein de cette secte tout le long de leurs études supérieures, par un entraînement intensif (qui est tout à fait comparable à celui d’un basketteur ou autre sportif de talent au sein d’un club professionnel, n’oublions pas qu’il s’agit d’une élite.)

Au cours de cet entrainement de plusieurs années incluant des stages de perfectionnement,  ils sont l’objet d’un lavage du cerveau  intégral, tout à fait comparable à celui que subissent les jeunes recrues d’une secte visant à incruster en eux la certitude, qu’il n’y a point de salut en dehors de la finance et de sa seule religion suprême qui est le PROFIT et dans sa foulée le VRAI POUVOIR…

Ils se retrouvent exactement dans la situation de jeunes sportifs intégrés à des clubs professionnels qui tirent largement profit de leurs joueurs-vedettes qui, eux-mêmes trouvent leur compte dans les grosses miettes de ce profit, mais miettes quand même ; et qui se complaisent dans le pouvoir fascinant qu’ils ont sur les foules de fans adulateurs de leurs exploits….

Ne parlons pas des sectes qui peuvent avoir les mêmes visées ou d’autres largement apparentées, telles qu’une secte religieuse ou scientiste ou encore une loge de franc-maçonnerie…

Accordons à nos élites financières d’autres visées plus sincères, en voulant bien croire qu’elles ne sont, in fine, que les victimes de leurs dressages et de leurs pratiques intériorisées, comme un basketteur ne peut se permettre de marcher sur le parquet, qu’en respectant scrupuleusement les règles (librement consenties pour pouvoir jouer, celles  des 30 secondes, du double drible et du #marcher…) sous peine de se faire siffler ou pire encore de se faire expulser. 

C’est essentiellement pourquoi les meilleurs de nos experts financiers ne peuvent ouvrir les yeux sur une porte possible de sortie du système, en toute bonne foi, ils portent des œillères…celles que leur formation leur a fixées jusqu’aux oreilles.

Un peu comme un joueur de ’’jeu d’échecs’’ qui se  consacre, sa vie durant, au développement de ce jeu à travers le monde ou comme un lecteur du coran ayant une foi tellement profonde en la vérité absolue, de ce qu’il a appris et pratiqué pendant des années, qu’il en arrive à croire que tout le reste est secondaire, voire faux et superflu…

Encore une fois, je ne parle pas ici des gens de mauvaise foi qui sont des extrémistes ignares et malveillants, mais de ceux qui #croient en leur âme et conscience et sans aucune malice… qu’ils ont une ‘‘mission sacrée’’, celle  de propager ce en quoi ils croient dur comme l’acier, pour que le monde soit meilleur…et mieux civilisé, #pacifié, dans les deux sens de la paix (pour leur gente sincère)…et fatalement celui de la ‘‘mise au pas’’ de la ‘‘pacification’’ (pour les manipulateurs qui sont derrière pour en profiter).

Et c’est ainsi que quelques années après avoir mis le pied dans l’engrenage, les étudiants futurs banquiers et/ou experts financiers, entrent, de plain-pied et plus ou moins consciemment, dans l’œuvre qu’ils croient  ‘‘civilisatrice’’ des sociétés traditionnelles, et à leurs yeux ‘‘arriérées’’…  qu’il faut faire ‘‘progresser’’, ‘‘dynamiser’’…pour leur bien, bien entendu !

 

Mais le hic, c’est que dans cette œuvre ‘‘civilisatrice’’, qui prend progressivement mais irrémédiablement, possession de chaque #compartiment de notre vie sociale, la #Finance_Internationale, est une arme de choix pour diffuser l’idéologie néolibérale et inhiber toute velléité de résistance au ‘‘progrès’’ (sic) qu’elle apporte à la planète, en l’imposant d’une main de fer,… pas toujours gantée de velours…
 

Cette arme est utilisée avec une efficacité terrifiante dans tous les pays de toute obédience idéologique, qu’ils soient catalogués, monothéistes, polythéistes, païens, bouddhistes ou athées, les ‘‘convertissant’’ tous, à la nouvelle religion DU PROFIT INDIVIDUEL, …par LE CARACTERE USURIER  DES INTERÊTS…,

Ces intérêts qui deviennent de plus en plus lourds, avec les arriérés qui se cumulent d’année en année et qui rendent tout-à fait impossible le remboursement du capital de la dette  contractée.

Ce qui finit par hypothéquer le pays considéré… et par enchaîner pour longtemps sa population, dans et par l’esclavagisme financier du capitalisme sauvage, pionnier du colonialisme banquier QUI OBLIGE IN FINE A MENDIER D’AUTRES PRETS POUR REMBOURSER LES SEULS INTERETS… DONT LA BOUCLE NE SERA JAMAIS BOUCLEE.

 

 

 
Je rappellerai ici la fameuse déclaration de Mayer Amsheal , fondateur de la dynastie des Rothschild qui disait :

‘‘Donnez-moi le contrôle de la monnaie et je me passerai de ceux qui font la loi’’.

Et je rappellerai encore une fois , que la finance internationale est la MAISON MERE de tous les économistes, financiers et autres comptables et banquiers à travers la planète, y compris les fidèles nouveaux adeptes de son dernier avatar dénommé, ‘‘finance islamiste’’…
 

Dans chaque pays La Banque Centrale Nationale devient ainsi de fait, l’une des filiales de cette finance internationale (#maison_mère) et ne fait qu'appliquer la politique financière visant au propre essor de cette finance internationale ; et par-delà celui de ses puissants gourous, Rothschild, Mayer, Soros… en particulier.

Partout dans le monde, mais surtout dans le tiers monde, La Banque Centrale Nationale de chaque pays, est ainsi souvent contrôlée directement à travers un cadre, petit-gourou de la maison mère (il a en général son propre bureau au sein de la dite-banque centrale) et il surveille de près, voire téléguide, l’exécution de la politique tracée.
 

Chaque Banque Centrale a pour objectif assigné de contrôler à son tour la politique financière du pays, de façon à ce que le gouvernement autochtone soit tenu, (en le sachant ou à son insu, peu importe) de préserver l'essor de sa maison mère, et peu importe si cela se fait aux dépens du peuple autochtone, comme c’est trop souvent le cas...
 

A leur niveau, Les banques locales dans chaque pays sont bien évidemment tenues d'appliquer la politique financière de leur Banque Centrale (politique dictée et contrôlée par la maison mère), maison mère, qui en retour, les protègera et #obligera, chaque fois que nécessaire, le gouvernement local à #renflouer (recapitaliser) ces banques, c’est-à-dire chaque fois que celles-ci rencontrent des difficultés financières, pour diverses raisons, y compris par les malversations, les pots de vin, et la mauvaise gestion...Gardons à l’esprit la déclaration de notre ministre financier d’hier…(12 ou 13 janvier 2017), nous expliquant la nécessité de renflouer des banques qui avaient déjà été recapitalisées une ou deux fois, ces dernières années !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 
 

La finance internationale oblige les gouvernements à s’exécuter… à sauver les banques et à exécuter la politique imposée, (en augmentant le désarroi économique de leurs peuples), au moyen de chantages financiers, tels que octroi/refus de prêts, octroi ou non de dons, mais aussi par ‘‘classements’’, plus ou moins favorables de leurs économies et des risques d’investissements qu’elles sont censées représenter pour les capitaux, notamment étrangers...classements qu’elle se charge de faire concocter par l’une ou l’autre de ses propres agences de cotation, voire par plusieurs à la fois…

Il faut commencer par pénétrer, même globalement, le mécanisme de ce système mondial foireux, pour commencer à comprendre ce qui arrive au monde…et à notre pays en particulier…

 Ce système ‘‘consomme’’ les pays, comme on consomme une salade, en les poussant à la consommation exclusive des théories et pratiques du pseudo-développement humain par le développement du consumérisme tous azimuts, non seulement des produits importés qu’on impose pour éradiquer les produits du terroir autochtone, déclarés en la circonstance, ‘‘dépassés’’, non modernes et ‘impropres à la consommation’…. mais surtout à la consommation des CAPITAUX étrangers imposés par des prêts forcés devenus nécessaires suite à la mort de la production et de la productivité nationales que l’on a auparavant systématiquement  étouffées….

Mais la farce sera jouée complètement quand on comprendra que ce que l’on nous prête en fait, c’est du VENT, c’est de l’illusion de capital, c’est du simple papier vert, quand c’est du dollar… et c’est du papier noir quand il s’agit de pétrodollar…

Quand on saura, comme le sait beaucoup de monde aujourd’hui… que l’or qui normalement doit garantir tout ce papier qu’on imprime à gogo à la FED banque pseudo-nationale des USA qui appartient aux Rothschild, aux  Soros et autres particuliers banquiers… ou encore à la City dont dépend essentiellement la banque d’Angleterre, cet or qui s’est évaporé en tout ou partie ; et que personne ne sait où il est parti…

Ceux qui sont septiques à ce propos, n’ont qu’à lire ou relire, l’article que je vous ai proposé hier samedi 13 janvier, veille de cet anniversaire fantoche du printemps financier organisé par Soros, tout petit larbin comparé aux Rothschild alliés. (Pour ceux qui ont en envie, je viens de partager il y a quelques minutes ma publication qui en a traité hier ou avant-hier, mais je rappellerai en conclusion ceci) :

Il y a des sorties de ce système qui n’est fatal que pour ceux qui ne veulent pas comprendre…

Que suivre l’exemple de certains pays scandinaves qui ont refusé de renflouer les banques usurières  et ont refusé le chantage de ceux qui sont derrière, peut être une solution…

Que l’Islande, a commencé par juger et coffrer des centaines de banquiers et hommes d’affaires véreux ; et qu’elle commence à se sortir du tunnel …

Que même si on ne veut pas pratiquer cette sortie-là, il est urgent de sortir de ce tunnel sans fin dans lequel l’Occident, USA et UE en tête, nous ont fourrés…

Que même si on est obligé de rester dans le système banquier, il faut trouver une banque moins usurière que celle qui nous étrangle depuis trop longtemps, surtout en sachant que les USA et leurs #faux_dollars n’en ont plus pour longtemps.

Que notamment la Russie, la Chine, l’Inde notamment, peuvent être des banquiers moins voraces, que scientifiquement, économiquement, technologiquement et financièrement, ils sont et deviennent plus forts que l’Occident réuni.

Qu’au lieu d’apprendre à nos enfants le #turc, cette langue morte qui ne peut se vivifier contrairement à l’hébreux qui reprend vie grâce à la volonté et au TRAVAIL acharné des scientifiques israéliens, il vaut mieux leur apprendre surtout le chinois et le russe et vider dores et déjà tous nos cabinets ministériels et autres, de tous ceux qui ne pratiquent que des langues mortes, ou moribondes.

Ugh j’ai dit, sachant fort bien que nos gouvernants sont ailleurs, occupés à fêter leur charrettes et leurs courges, attendant une fée américaine ou française improbables  pour les transformer en carrosses en or , cet or qui n’existe plus.

Taoufik Haouet, la Marsa, en ce 14 janvier 2018.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires